À propos de Bêle Alice

L’origine de l’association

L’association Bêle Alice, est le fruit d’une rencontre hasardeuse entre une jeune femme amoureuse des animaux et une chèvre réformée d’élevage. Alice, la chèvre, était destinée à l’abattoir, plus assez productive pour l’éleveur, il voulait s’en débarrasser. Amélie a entendu parler de cette triste chèvre qui après avoir été au servir de l’homme toute sa vie se retrouvait laissée pour compte. Elle a décidé de la récupérer. En repartant de chez l’éleveur, ce n’est pas une, mais quatres chèvres qui accompagnaient Amélie. Cette rencontre fut un réel coup de foudre, celui-ci n’a fait que se confirmer avec le temps.

Les chèvres sont des animaux méconnus du public. Qui ne s’est jamais attendri devant une vidéo de chevreaux sautant dans tous les sens ? Tout le monde adore les voir sur des écrans, mais très peu de personnes ont vraiment eu l’occasion d’en rencontrer, d’apprendre à les connaitre, de prendre le temps de les observer.

L’histoire d’Alice

Pourquoi sauver les chèvres ?

Dans les chèvreries, les chèvres sont exploitées pour leur lait. Pour produire ce lait, les femelles doivent avoir un ou des petits. Dans la nature, ce lait servirait à nourrir ces chevreaux, mais la réalité est tout d’autre. Après la naissance, les chevreaux sont séparés de leur mère. En effet, pour l’éleveur, ils ne doivent pas consommer le précieux lait, car celui-ci servira à faire du fromage. La chèvre est une machine à lait. Après avoir été engraissés, chevreaux et chevrettes, non utiles à l’éleveur, sont envoyés à l’abattoir. Certaines chevrettes resteront à l’élevage et suivront le chemin de leur mère. Arrivée à l’âge de 6/7 ans, parfois moins, parfois plus, les chèvres seront gentiment remerciées et envoyées à l’abattoir. Durant leurs années de vie dans la chèvrerie la plupart ne verront pas la couleur de l’herbe. D’autres seront plus chanceuses et auront accès à un pâturage.

Nos objectifs

Afin de pouvoir aider les chèvres d’élevage nous avons mis en place trois objectifs. – Notre premier objectif est de sauver un maximum de chèvres adultes et de chevreaux afin qu’ils ne finissent pas à l’abattoir. Pour cela, nous sommes en contact direct ou indirect avec des éleveurs, mais nous travaillons aussi avec d’autres associations. Cet objectif dépend grandement de nos moyens financiers et matériels. – Le second objectif est la sensibilisation du public, mais aussi des éleveurs. Nous souhaitons que les conditions d’élevage soient complètement revues et que la productivité n’aille pas à l’encontre du bien-être animal. Dans l’idéal nous souhaiterions que plus aucune chèvre ne soit exploitée. Pour cela, nous communiquons sur les réseaux sociaux, mais aussi directement avec les éleveurs. – Notre troisième objectif, qui va de pair avec les deux premiers et la création d’un sanctuaire pour les chèvres. Pour cela, nous avons besoin de vous !